Imaginez que vous partez en voyage. Vous montez dans un long courrier. Le vol s'annonce très long, si long qu'en cours de route, vous avez oublié que vous étiez dans un avion, vous avez trouvé vos marques, vous vous êtes fabriqué des habitudes, des rituels, des repères, vous êtes peut-être même tombé amoureux d'un passager. Cet avion est devenu le seul environnement que vous connaissez, rien d'autre ne peut exister à l'extérieur. Vous êtes tellement absorbé par la vie que vous y menez, que vous ne vous êtes pas rendu compte que l'appareil était arrivé à destination, il avait atterri, il était sur la piste, tout est prêt pour que vous débarquiez. Votre monde vous attend, à l'extérieur. On se presse avec des bouquets de fleurs. Mais vous l'avez oublié, vous restez dans l'appareil, persuadé que rien d'autre n'existe.

Quelques passagers, pour une raison assez mystérieuse, vont se souvenir que l'avion ne les définit pas, qu'ils appartiennent à un monde plus grand que celui-ci. Ils vont cheminer vers la porte de sortie, regarder à travers les hublots. Cet autre monde leur apparaît, mais est-il vraiment le leur ? Peuvent-ils y respirer ? Ne risquent-ils pas de mourir asphyxiés ? Une fois leurs peurs dépassées, transmutées, ils découvriront qu'ils ont eu raison, qu'ils sont à présent libres. Ils n'avaient qu'à pousser la porte, comment ont-ils pu être si peu téméraires ?! Ils penseront à leurs camarades avec lesquels ils ont tissé des liens. Il faut aller les chercher, il faut leur dire ! Mais eux ne sont pas prêts. Certains les écouteront, incrédules, moqueurs, d'autres leur accorderont du crédit, mais leurs peurs leur sembleront insurmontables. Et puis après tout, pourquoi quitter un monde que l'on connaît parfaitement, dans lequel on se sent si bien ? Surtout si on a acquis du pouvoir. On ne va tout de même pas perdre cette position de force ! Ceux-là seront les derniers à quitter l'appareil, quand ils n'auront plus de passagers sur lesquels exercer leur autorité.

Vous qui êtes en train de terminer ce livre, vous savez que cette porte existe, vous avez compris que vous étiez à bord d'un avion qui avait atterri. Ne cherchez pas à convaincre les passagers réticents, avancez, franchissez seul ce seuil et revenez le rayonner, juste le rayonner. C'est ainsi que vous inspirerez le changement.

C'est une révolution silencieuse, une révolution par la joie et ce n'est pas de la folie que d'en être convaincu ; vous en vérifiez déjà en chaque instant la puissance créatrice.

Je suis tellement tellement heureuse d'assister à l'avènement de cette beauté ! Elle n'est possible que par vos actions, soyez-en ici remerciés.

Light&Love


(Extrait La plus grande version de Soi, Aude Lechrist)

This entire site Ⓒ 2018 Aude Lechrist.